Famille et miséricorde : quelles relations ?

Mariage-3personnes

Synode sur la famille d’octobre 2015

Une réflexion de l’abbé Marcel Villers

Ce dimanche (4 octobre 2015), débute à Rome le synode sur la famille qui sera suivi par une année de jubilé consacrée à la miséricorde. Voilà deux événements qui vont se succéder et marquer le temps de l’Église. Mais sont-ils liés ? Famille et miséricorde, qu’ont-ils à voir l’un avec l’autre ?

Le synode sur la famille a un programme énorme puisqu’il s’agit de prendre en compte les différentes facettes de cette réalité complexe qu’est la famille. Huit grandes problématiques sont envisagées : la transmission de la foi comme vocation de la famille, le mariage et sa préparation, l’union libre sans reconnaissance civile ou religieuse, le sacrement du mariage et ses conditions, les divorcés remariés et leur situation dans l’Église, la procédure de nullité de mariage, l’attention pastorale à l’égard des couples de même sexe, la régulation des naissances et les questions de bioéthique.

Avec la famille, nous sommes bien au cœur de la mutation culturelle que connaît notre société et qui interroge radicalement la conception que l’Évangile et l’Église se font de l’homme et de la vie.

Nous ne pouvons faire fi des changements sans précédent en cours dans la société contemporaine, déclare le pape François, avec leurs effets sociaux, culturels, juridiques, sur les liens familiaux. Ces changements nous affectent tous, croyants comme non-croyants. Jusqu’à récemment, nous avons vécu dans un contexte social où les similitudes entre l’institution civile du mariage et le sacrement chrétien étaient considérables et partagées. Les deux étaient en corrélation et se soutenaient mutuellement. Ce n’est plus le cas… Le monde, de nos jours, demande une conversion de notre part (Pape François, Discours aux évêques participant à la rencontre mondiale des familles, Philadelphie, 27 septembre 2015).

Se convertir ne signifie pas renier l’enseignement de Jésus sur le mariage et la famille, mais, au lieu de déplorer et de rejeter la situation actuelle, nous sommes appelés à rechercher, à accompagner les personnes vivant dans ces conditions nouvelles, et aussi à relever, à soigner les blessures de notre temps. Bref, à regarder les choses de manière réaliste, avec les yeux de quelqu’un qui se sent appelé à l’action (Pape François, ibidem). Lire la suite « Famille et miséricorde : quelles relations ? »