ART ET FOI : Saint THOMAS

THOMAS

Un des Douze Apôtres dont le nom araméen « toma’ » est traduit en grec par « Dydimos ». Ces termes signifient tous les deux : « jumeau ». Fêté le 21 décembre (sa mort) et le 3 juillet (transfert de ses reliques). Le calendrier de 1969 a placé la fête de saint Thomas au seul 3 juillet.
Patron des architectes, géomètres, maçons, tailleurs de pierre…

Attributs
Il porte le livre des Évangiles qu’il prêcha et l’équerre des architectes. Selon les Actes de Thomas (apocryphe du IIIe s.), « le roi indien Gonaphorus lui confia la construction d’un palais. Au lieu du palais promis, Thomas lui annonça qu’il a conçu pour lui un palais céleste et il distribua l’argent reçu aux pauvres. Le frère du roi en mourut de chagrin. Mais son âme au ciel vit un palais magnifique, celui qu’avait construit Thomas. » (Gérard BESSIERE, Histoire des saints, tome 1, 1986)

Thomas est mentionné par tous les évangiles et les Actes dans la liste des Apôtres. Seul l’évangile de Jean évoque trois scènes relatives à Thomas. La plus célèbre (Jn 20, 24-28) est celle de son incrédulité à propos de la résurrection qui lui vaut le terme d’incrédule de la part de Jésus, mais nous donne une belle profession de foi, devenue chère aux chrétiens : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Lors du dernier repas, il demanda à Jésus le chemin pour aller au Père et obtint cette superbe réponse : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » (Jn 14, 2-6). Enfin, Thomas était encore intervenu pour encourager les autres apôtres à suivre Jésus vers Jérusalem : « Allons, nous aussi, et nous mourrons avec lui. » (Jn 11,16).

Le martyrologe romain écrit : « A Calamine, l’anniversaire du bienheureux Apôtre Thomas, qui prêcha l’Évangile aux Parthes, aux Mèdes, aux Perses, aux Hyrcaniens ; il pénétra ensuite dans l’Inde, instruisit le peuple de la religion chrétienne et mourut percé d’un coup de lance par ordre du roi. Ses restes, d’abord portés à Édesse, ont été depuis transférés à Ortone, dans les Abruzzes. »

« Les chrétiens de Malabar, en Inde, se rattachent à saint Thomas. Leur liturgie « syro-malabare », apparentée au rite chaldéen, est célébrée dans une langue syriaque. Près de Saint-Thomas de Mailapur, à proximité de Madras, on peut voir une croix avec une inscription du VIIe s. en ancien persan qui marquerait le lieu du martyre de Thomas. » (Gérard BESSIERE, Histoire des saints, tome 1, 1986)

Abbé Marcel Villers

Illustration : plafond de la nef de l’église de Theux (1630) ©KIK-IRPA Bruxelles

Clés pour lire l’évangile de Matthieu. 21. Apparition aux femmes

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir, cette année, des clés pour ouvrir et apprécier l’évangile de Matthieu. Comme la liturgie s’éloigne de la lecture de Matthieu jusqu’à la mi-juin, nous reprenons cette semaine la finale de l’évangile de la nuit pascale : Mt 28, 9-10.

21. Apparition à deux femmes

Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » (Mt 28, 9)

C’est la seule mention, dans tout le Nouveau Testament, d’une apparition de Jésus ressuscité à deux femmes. Toutefois, Jean rapporte une rencontre de Jésus avec la seule Marie de Magdala. Ici, les deux femmes, ayant quitté le tombeau, courent pour rejoindre les disciples en ville. Il s’agit de « Marie-Madeleine et l’autre Marie » (28,1).

En pleine course, Jésus se manifeste : « Je vous salue » (28,9). A la salutation de Jésus, elles répondent par deux gestes significatifs. Ils traduisent le rapport des disciples à Jésus : « elles s’approchèrent et se prosternèrent devant lui » (28,9). Puis, « elles lui saisirent les pieds » (28,9), geste non pour retenir Jésus, mais pour constater qu’il est bien vivant.

Vient alors un message que Jésus les charge de transmettre : « Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront » (28,10). Le lieu des apparitions est un lieu théologique ; pour Matthieu et Marc, c’est en Galilée ; pour Luc et Jean, à Jérusalem et environs.

Je vous salue

La salutation de Jésus aux deux femmes est la formule classique en grec : « Kairè » qui signifie « Réjouis-toi ! ». On la retrouve clairement lors de la salutation de l’ange Gabriel à Marie lors de l’annonciation (Lc 1,28), d’où la version de l’Ave Maria commençant par « Réjouis-toi, Marie ! » plutôt que « Je vous salue, Marie ». La formule classique dans le monde juif est « Shalôm » qui signifie : « Paix à toi ». C’est bien ce que Jésus souhaite à ses disciples, comme adieu : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne la donne pas comme le monde la donne » (Jean 14.27). Ce n’est plus la joie, mais la paix que l’on souhaite dans l’espace juif. En latin, ce sera la santé : « Vale » qui veut dire « Porte-toi bien ». La joie, la paix, la santé, ces vœux, formulés en guise de salutation, ont cependant tous la même portée : le salut.

Abbé Marcel Villers