FÊTES LITURGIQUES PENTECÔTE

La fête de la Pentecôte

Rythmant l’année agricole, trois fêtes (Ex 23, 14-17) étaient célébrées par les Israélites : au printemps, les prémices ; sept semaines plus tard, la moisson ; en automne, les vendanges. La fête des moissons était sanctifiée par l’offrande à Dieu des premières gerbes de blé (Ex 34,22). Elle avait lieu sept semaines après Pâques, d’où son nom de « fête des semaines », en hébreu shavouot qui deviendra en grec pentecostè, qui signifie le « cinquantième jour » (Lv 23,15-22).

A cette fête agraire, vient s’ajouter, dans certains milieux sacerdotaux et marginaux, à la fin du 2e siècle avant notre ère, une dimension de commémoration historique, celle de l’Alliance au Sinaï qui eut lieu trois mois après la sortie d’Egypte (Ex 19-20). Plus tard, au 2e s. de notre ère, le judaïsme pharisien rattache cette fête à l’histoire du salut et y commémore le don de la Torah au Sinaï.

Lorsque Luc écrit les Actes des Apôtres, à la fin du 1er siècle, la Pentecôte n’est donc pas encore la fête du don de la Loi, mais celle des moissons et, pour certains groupes juifs marginaux, celle de l’Alliance.

Pour les Actes, la Pentecôte est le commencement de l’Église qui a comme source et origine l’Esprit-Saint. Comme Jésus a reçu l’Esprit-Saint (Lc 3,22) au baptême, ainsi la communauté des disciples naît du même Esprit.

C’est sur cet ensemble de significations théologiques plus qu’historiques que vont se greffer les fêtes chrétiennes. Le calendrier de la liturgie chrétienne reste celui du judaïsme avec au centre la fête de Pâques et sa Cinquantaine. Le plus ancien témoin en est la chronologie des Actes : Jésus ressuscité « s’est fait voir aux apôtres pendant quarante jours » (Ac 1,3), puis « leur est enlevé pour le ciel » (Ac 1,11) et, le jour de la « Cinquantaine » ou Pentecôte, « tous furent remplis de l’Esprit » (Ac 2,1-4), les instituant témoins du Christ (Ac 1,8) et fondant ainsi l’Église.

Ce cadre chronologique, d’ordre théologique, va progressivement se traduire dans un calendrier liturgique propre aux chrétiens. A la fin du 2e s., on connaît l’existence d’une « cinquantaine », de Pâques à Pentecôte, qui célèbre d’un bloc, au long d’une suite continue de 50 jours, le mystère de la résurrection du Christ. Au IVe s., on va fixer un jour déterminé pour célébrer les trois aspects du mystère pascal mis en évidence par les Actes des Apôtres : la résurrection de Jésus, son ascension et le don de l’Esprit-Saint. Faisant pendant au dimanche de la Résurrection, le dernier jour de la Cinquantaine devient la fête chrétienne de Pentecôte, dont la nuit est réservée aux baptêmes et organisée sur le modèle de la vigile pascale. Au VIe s., une semaine ou octave prolonge la fête.

Si Pâques célèbre l’événement de la résurrection de Jésus, la Pentecôte célèbre l’institution qui prolonge l’évènement : l’Église, cette assemblée suscitée et animée par l’Esprit-Saint.

Abbé Marcel Villers
Illustration : Plafond du choeur de l’église de Theux 1681

Le baptême du Seigneur et le nôtre aujourd’hui

Baptisés comme Jésus

Il y a un événement capital dans la vie d’un homme. Une sorte de nouvelle naissance qui le fait accéder à l’autre monde, celui de l’esprit, celui de Dieu. C’est ce qui se passe au baptême de Jésus.
« Voici que les cieux s’ouvrirent et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. »
Ce moment est expérimenté, vécu, comme un passage d’un monde à l’autre, d’une vie à une autre. Ce passage est signifié, chez les chrétiens, par le baptême. Comment, à l’intérieur de l’être ancien que nous sommes, pourrait surgir la vie nouvelle ? C’est que « ce qui est né de la chair est chair », c’est-à-dire faible, périssable, mortel éphémère. « Il vous faut naître d’en haut », répond Jésus.

C’est ce qui s’est passé pour lui : « Dès que Jésus fut baptisé, l’Esprit de Dieu descendit sur lui. » L’homme nouveau, il ne naît « ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme », mais de l’Esprit.

En 2018, 44 850 baptêmes ont été administrés en Belgique, ce qui correspond à 38 % de baptêmes par rapport aux naissances de l’année. A Theux, entre novembre 2019 et octobre 2020, autour de 60 naissances sur la commune ; entre mars et décembre 2021, 37 baptêmes, donc un peu plus de 50% et plus ; il faut tenir compte de la pandémie et du report de nombreux baptêmes de 2020 à 2021 suite à l’interdiction des célébrations des sacrements. Bref, nous pouvons raisonnablement estimer qu’un peu plus d’un enfant sur deux est aujourd’hui baptisé.

Il faut ajouter que les baptêmes de jeunes et d’adultes ne cessent d’augmenter. En 2020, ils ont été 305 en Belgique, soit le double par rapport à 2010.

Cette situation peut se comprendre. La demande ou non de baptême renvoie à la foi des parents et à leurs motivations. Pour les uns, « cela ne peut pas faire de mal » ; pour d’autres, de plus en plus nombreux, s’exprime le souci de permettre à l’enfant de choisir plus tard par lui-même d’adhérer ou non à l’Église catholique.
Hier, à l’époque où la mort des nouveau-nés était relativement fréquente, le baptême  devait avoir lieu le plus tôt possible après la naissance, afin d’éviter que, mort sans baptême, l’enfant n’aille dans les « limbes ». Ces limbes ont été définitivement rayées de la foi de l’Église. Mais les traditions ont la vie dure et surtout l’information des nouveautés théologiques ne suit pas. Cette précocité traditionnelle donnée au baptême se justifie par l’idée que le baptême est un sacrement réservé aux enfants. Du coup, baptême et décision personnelle ne sont pas compatibles. En effet, choisit-on de naître ? Pourquoi pourrait-on choisir d’être baptisé ?
Aujourd’hui, du point de vue théologique comme pratique, le baptême est vu comme la conséquence d’une décision personnelle, d’un choix conscient. On ne naît pas chrétien, on le devient. L’Eglise s’en réjouit et, face à cette nouvelle donne, elle propose à qui veut devenir chrétien tout un cheminement, un accompagnement pour entrer progressivement dans la foi et la vie chrétiennes. Cet itinéraire se nomme le catéchuménat et conduit aux trois sacrements qui font le chrétien : baptême, confirmation, eucharistie.

Tout ce processus constitue l’initiation chrétienne. Aux premiers siècles de l’Eglise, comme dans les pays de mission, on a toujours considéré que devenir chrétien nécessitait un temps assez long d’apprentissage et d’enseignement car il faut passer d’un monde à un autre. Sans environnement et pratique chrétiennes dans son milieu familial, sans un vécu en communauté paroissiale, sans une connaissance des contenus de la foi, l’adulte comme l’enfant qui demande le baptême est comme l’étranger qui demande la nationalité. Il doit accepter un parcours d’initiation à la foi et à la vie chrétienne en Église, ponctué d’étapes célébrées liturgiquement en paroisse.

Le contexte culturel dans lequel nous vivons ne porte pas à la foi, de sorte qu’il ne suffit plus, pour faire un croyant, de le baptiser et de l’enseigner sur les vérités de la foi. Il faut, en outre, lui assurer un milieu de formation, adapté à son âge, au sein duquel il pourra se préparer au baptême par une maturation progressive de sa foi, une démarche authentique de conversion et un apprentissage véritable de la vie chrétienne. Une telle démarche, parce qu’elle ne peut être que progressive, demande du temps. C’est la fonction du service diocésain du catéchuménat créé dans chaque diocèse.

Réjouissons-nous, il n’y a pas qu’une porte d’entrée dans la vie chrétienne et l’Église. Merci à celles et ceux qui dans notre UP assurent ce service d’accueil et d’accompagnement. Ils travaillent pour demain.

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Jean : 29. Le Défenseur

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Jean. Au terme de sa vie, Jésus annonce à ses disciples la venue de l’Esprit-Saint :  Jn 16,5-15.

29. Le Défenseur

Si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; si je pars, je vous l’enverrai. (Jn 16,7)

L’Esprit poursuit l’œuvre de Jésus, comme un défenseur de son œuvre chargé d’assurer son authenticité, mais aussi comme un interprète pour mieux la comprendre. Sans l’Esprit, les disciples sont incapables d’avoir une pleine intelligence de Jésus. Et pour que vienne l’Esprit, il faut que Jésus s’en aille. L’Esprit introduira alors les disciples à la vérité de Jésus et de son action.

« Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. » (16, 13) Jésus ne nous laisse pas devant un admirable monument à entretenir. Nous ne sommes pas les répétiteurs serviles de ses paroles. Nous avons à mettre à profit son absence pour qu’à son retour, ses paroles soient plus claires et plus larges. Nous ne sommes pas des imitateurs de Jésus, mais des interprètes qui exercent leur intelligence et leur imagination de façon que la Bonne Nouvelle soit toujours « nouvelle ». C’est là l’œuvre de l’Esprit qui dévoile aux disciples de tous les temps les ressources toujours neuves de l’Évangile.

Le Paraclet 

« Jean est le seul à utiliser le mot paraclet pour désigner l’Esprit. C’est la forme passive du verbe grec parakaleo : celui qui est appelé, qui vient au secours, qui est témoin de la défense dans un procès. Au sens actif, c’est l’intercesseur, le médiateur, le consolateur. Dans l’évangile de Jean, le Paraclet est le témoin de Jésus, l’interprète de son message devant ses ennemis, le consolateur des disciples, en lieu et place de Jésus, l’enseignant et le guide pour les disciples et donc leur aide. Le trait marquant de la présentation de Jean, c’est que le Paraclet apparaît comme un autre Jésus. L’Esprit joue auprès des disciples un rôle très proche de celui de Jésus. Comme l’Esprit, Jésus demeure dans les disciples, les guide vers la vérité, les enseigne, déclare les choses qui doivent venir. Comme Jésus, l’Esprit porte témoignage contre le monde. Si l’Esprit renvoie à Jésus, c’est par les chrétiens qu’il s’exprime. Il est cette présence intérieure qui les transforme : comme l’Esprit, les croyants rendront témoignage, ou plutôt c’est l’Esprit qui agira par eux et en eux. » (Alain MARCHADOUR, L’Évangile de Jean, 1992)

Abbé Marcel Villers

6ème dimanche ordinaire. La lettre et l’esprit

Mt 5, 17-37. La lettre et l’esprit.

Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux.  

Il est certain que pharisiens et scribes appliquaient, et scrupuleusement, la Loi de Dieu. Pas possible de faire encore plus et mieux. Mais alors, que veut dire Jésus quand il nous demande de surpasser scribes et pharisiens ?
La Loi qu’ils appliquent, transmise par Moïse, est la loi de Dieu.
Les juifs l’appellent les 10 paroles ; nous disons les 10 commandements.

Tous nous sommes bien d’accord que l’essentiel de ce que Dieu nous demande, c’est de l’adorer lui seul, de respecter son Nom et son jour, d’honorer nos père et mère, de ne pas tuer, commettre l’adultère, voler, faire un faux témoignage, convoiter les biens d’autrui.
La plupart des sociétés ont adopté ces principes comme bases de la vie en commun. En effet, est-il possible de vivre ensemble sans respecter ces règles fondatrices ? Que deviendrait un pays où l’on pourrait tuer son prochain, le voler, mentir, convoiter la femme et les biens du voisin ?
Il est logique que Jésus appuie de son autorité l’application stricte de ces principes, qualifiés de commandements divins, ce qui leur donne le poids de l’absolu. Je ne suis pas venu, déclare Jésus, pour abolir, mais accomplir.
Il ne cherche pas à mettre fin à la Loi de Moïse, détaillée dans les 10 commandements. Jésus ne retire rien de ces obligations. Je ne suis pas venu pour abolir.
Mais il ajoute : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux.  Surpasser pharisiens et scribes, est-ce ajouter de nouveaux commandements ? Est-ce les appliquer plus strictement ? C’est la tentation de tous les extrémistes, des fanatiques religieux ? Jésus prône-t-il le fanatisme, un légalisme poussé à bout, une fascination pour la Loi ?

Finalement, que vise Jésus ? Discerner la volonté de Dieu. En donnant les commandements, qu’est-ce que Dieu voulait ? Jésus remonte aux origines, à ce premier vouloir de Dieu que les hommes ont tendance à réduire, à limiter à la lettre. Jésus cherche l’esprit, celui de la Loi et de son application.
Je suis venu pour accomplir. Accomplir, c’est d’abord pratiquer, faire ce que la Loi prescrit. Accomplir, c’est aussi la porter à son terme, à son achèvement, déployer tout ce qui est en cause dans chaque commandement. Autrement dit, découvrir la racine, l’intention première de Dieu, sa volonté profonde qui se cache dans chaque commandement. Il s’agit d’identifier ce que Dieu veut en dernière instance, son intention à laquelle devra correspondre la nôtre. Derrière la lettre, l’esprit.

Jésus n’ajoute donc rien à la Loi de Moïse et aux prescriptions qui en découlent. Il demande d’aller aux racines, aux causes comme aux motifs des commandements. C’est à cette condition qu’au-delà de l’application de la lettre, nous communierons à la volonté intime de Dieu

Si Dieu condamne le meurtre, il faut aller jusqu’à sa racine qui est la colère, l’insulte ou la malédiction. Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal.
De même pour l’adultère : tout qui regarde une femme et la désire, a déjà commis l’adultère avec elle.
Enfin, dans le domaine du langage, quand vous dites oui, que ce soit oui, quand vous dites non, que ce soit non.

L’intention de la Loi doit devenir celle de l’acte que je pose. Pour Jésus, la valeur d’un acte est fonction de la qualité de son intention.

Abbé Marcel Villers.
Homélie du 6e ordinaire
Theux 16 février 2020