ART ET FOI Saint Denis Fêté le 9 octobre

DENIS DE PARIS (IIIe s.)

Évêque et martyr. Fêté le 9 octobre.

Description du panneau
Revêtu des insignes épiscopaux : mitre, crosse et chape, Denis tient devant lui sa propre tête mitrée car, selon la légende, il aurait ramassé sa tête, après sa décapitation, et l’aurait ainsi transportée jusqu’au lieu de sa sépulture.

« Denis naquit probablement en Italie où il fut ordonné prêtre et consacré évêque. Selon la tradition, le pape l’envoya prêcher dans les Gaules ainsi que cinq autres évêques. Denis entreprit sa tâche avec deux compagnons, un prêtre appelé Rustique et un diacre du nom d’Éleuthère. A son arrivée à Lutèce, sa prédication fut si efficace qu’il organisa un centre chrétien sur la future île de la Cité. Cette activité lui valut, ainsi qu’à ses deux compagnons, d’être persécuté, emprisonné et décapité vers 250. On pense qu’il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou de Valérien (258). » (Rosa GIORGI, Comment reconnaître les saints, 2003, p.103)

Diverses légendes, reprises dans la Légende dorée (XIIIe s.), vont amplifier ces quelques faits. Ainsi, jeté en prison, alors qu’il célébrait la messe pour les chrétiens enfermés avec lui, Denis vit le Christ lui apparaître et lui porter la communion.
Après avoir été décapité, Denis s’est relevé, a pris sa tête coupée entre ses mains et a parcouru ainsi quelques kilomètres jusqu’au lieu de son tombeau. Il est ainsi le plus célèbre des saints « céphalophores ».
C’est sainte Geneviève (420-500) qui fit construire une église sur sa tombe, huit kilomètres au nord de la Seine, l’actuelle basilique Saint-Denis. « Les rois de France ont fait de ce saint évêque le patron du royaume et de leurs dynasties successives. C’est en 639 que le roi Dagobert fait transporter les reliques du saint dans l’église de Saint-Denis qui devient progressivement le sanctuaire de la monarchie française et_le siège d’une importante abbaye fondée au VIIe s. » (Michel PASTOUREAU et Gaston DUCHET-SUCHAUX, La Bible et les saints, Paris, 2017, p. 219).

Abbé Marcel Villers
Illustration : panneau du plafond de la nef de l’église de Theux (1630)

Histoire des missions : 11. les MEP

11. Les missions étrangères de Paris (1664)

Le 8 juin 1658, Rome nomme trois vicaires apostoliques pour les missions d’Asie et un pour le Canada. Autour de ces vicaires, français, va se constituer la société des missions étrangères de Paris (MEP) qui regroupe les prêtres formés dans le séminaire du même nom créé en 1663. Cette société n’est pas un ordre religieux mais une association de prêtres diocésains, incardinés dans leur diocèse d’origine et mis à la disposition de la la congrégation de la Propaganda fide, pour aller travailler en mission sous l’autorité des vicaires apostoliques. Ce sont, pour la première fois, des prêtres séculiers qui sont envoyés en mission à l’étranger.

Le but principal des Missions Étrangères de Paris est la création d’un clergé autochtone pour permettre à terme aux Églises d’Asie de s’émanciper de la tutelle des Européens tout en restant unies à Rome. Il était donc essentiel d’envoyer en Asie non plus seulement quelques missionnaires prêtres mais aussi des évêques (vicaires apostoliques) qui pourraient ordonner des prêtres originaires du pays.

Pierre Lambert de la Motte (portrait ci-contre) est un des trois premiers vicaires envoyés par Rome en Asie.
Né en 1624 à Lisieux, il devient avocat au parlement de Paris, puis à Rouen. Il est membre actif de la Compagnie du Saint-Sacrement, c’est un « dévot » attiré par la vie mystique. En 1655, il renonce à la vie mondaine et est ordonné prêtre à Rouen où il est en charge du Bureau des pauvres.
Nommé en 1659 pour le vicariat de Cochinchine et de Chine méridionale, il est le premier à partir en 1660, à l’âge de 36 ans, accompagné de deux prêtres, Jacques de Bourges et François Deydier. Ils s’installent dans la capitale du Siam.
« Mgr Pierre Lambert de la Motte effectua la première visite pastorale du Tonkin d’août 1669 à mars 1670. Il accomplit la toute première ordination sacerdotale en terre vietnamienne au début de janvier 1670, dans son « bateau-cathédrale » flottant sur le Fleuve rouge, promouvant sept catéchistes formés auparavant par les Pères jésuites qui avaient créé les premières chrétientés de Cochinchine depuis 1615 et du Tonkin depuis 1627, et instruits en théologie depuis 1666 dans un « bateau-séminaire » par un missionnaire MEP. » (Gilles REITHINGER, supérieur général des MEP) Il meurt le 15 juin 1679 en Thaïlande après dix-sept ans d’activité missionnaire de terrain.

Abbé Marcel Villers