Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, Lc 9, 51-62 du 13e dimanche ordinaire.

33. Je te suivrai partout où tu iras

Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. (Lc 9, 60).

Luc évoque trois ruptures nécessaires pour être capables de suivre Jésus. Première rupture : ne pas s’installer. « Les renards ont des tanières, mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer la tête. » (9, 58) C’est la liberté des grands espaces.

Deuxième rupture : ne pas remettre à demain. Ce serait rejoindre les morts. L’appel de Jésus ne souffre pas de délai. C’est un état d’urgence. « Laisse les morts enterrer leurs morts » (9, 60) et toi, viens.

Troisième rupture : ne pas se retourner. Pour aller de l’avant, il ne faut pas regarder en arrière, calculer, il faut risquer. Se retourner, c’est reculer. Ainsi Jésus marche vers Jérusalem. Il a mis « la main à la charrue » (9, 62), il ne peut faire marche arrière. Comme Elisée, pour être libre, il faut brûler sa charrue.

Le plan de l’évangile de Luc

« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. » (9, 51) Luc donne ainsi le signal de la troisième partie de son évangile. Après le récit des enfances (Lc 1 et 2) qui lui est propre, l’évangile suit le récit de Marc qui évoque les débuts de Jésus et son apostolat en Galilée clôturé par la confession de Pierre et la transfiguration (3,1 – 9, 50).

Au milieu de son évangile qui comporte 24 chapitres, Luc oriente son récit vers Jérusalem où doit s’accomplir le destin de Jésus. Au long d’un voyage – la montée vers Jérusalem (9, 51- 19, 28) – Luc rassemble des récits et des paroles, des rencontres et des paraboles. La question du contenu du salut est le fil conducteur de cet ensemble où la figure du disciple devient centrale : en quoi consiste la « suite » de Jésus ?

Jérusalem occupe une place unique dans cet évangile : aboutissement du parcours de Jésus où se déroulent passion et résurrection (Lc 19,29 – 24, 53) et d’où part le mouvement missionnaire qui donne naissance à l’Église, récit dans les Actes des Apôtres du même Luc.

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, Lc 9, 11-17 de la fête du Saint-Sacrement.

32. Tous mangèrent et furent rassasiés

Renvoie cette foule… Donnez-leur vous-mêmes à manger (Lc 9, 12.13)

Face à une foule de cinq mille personnes, qui a faim de la parole de Jésus et le poursuit jusque dans le désert, que faire ? « Renvoie cette foule » (9,12). Telle est la solution que les disciples proposent à Jésus. Peut-être ont-ils peur, ne sachant que faire pour rassasier tant de monde ?
Donnez-leur vous-mêmes à manger, répond Jésus. Telle est la mission essentielle des pasteurs de l’Église. Et nous connaissons la fin du récit : Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers. Cette abondance de restes est présente aujourd’hui encore dans la vie de l’Église.
Jésus se révèle ainsi comme celui qui sert la foule des hommes et surtout comme le sauveur toujours prêt à secourir les siens. L’eucharistie est la mémoire de cette révélation et de ce geste salvifique.

Un récit multiplié

« Le miracle des pains est le seul situé dans le ministère galiléen qui, présent dans les trois synoptiques, se trouve également chez Jean. Plus : Marc suivi de Matthieu, connaît une autre version avec sept pains, sept corbeilles et quatre mille hommes. Rapporté donc six fois dans les évangiles, ce ‘miracle de cadeau’ suit un schéma que le livre des Rois met trois fois en œuvre à propos d’Élie et Élisée : sans qu’on lui réclame de miracle, le prophète offre, de son propre mouvement, des biens matériels (farine, huile, pain) de façon étonnante. La grandeur du don ressort de la différence des chiffres. Jésus avec cinq pains dépasse largement Élisée qui en avait vingt ; Jésus nourrit cinq mille hommes quand Élisée le fait pour cent personnes (2 R 4). La conclusion est claire : Jésus est le grand prophète attendu. » (Hugues COUSIN, L’évangile de Luc, 1993)

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, nous poursuivons la lecture continue de Luc : Lc 9, 23-27.

31. Celui qui veut marcher à ma suite

Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. (Lc 9, 24).

Deux transformations sont requises pour suivre Jésus, pour être disciple : renoncer à soi-même ; prendre sa croix. Renoncer à soi-même, c’est ne connaître que le Christ, ne plus regarder à soi-même, mais à lui seul qui nous précède. Le renoncement à soi-même peut s’exprimer ainsi : il marche devant, tiens-toi fermement à lui et oublie-toi.

« Qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. » (9, 23) Si nous nous sommes oubliés nous-mêmes, si nous ne nous connaissons plus, alors nous sommes prêts à porter la croix à cause de lui. La croix, ce ne sont pas des maux et un destin pénible, c’est la souffrance qui résulte pour nous uniquement du fait que nous sommes liés à Jésus et la mort à soi que cela implique. La croix, c’est la mort du vieil homme, sortir des attachements de ce monde, et ce chaque jour, comme écrit Luc.

Le supplice de la croix

« Les Romains tenaient probablement des Carthaginois ce supplice d’origine orientale, le crucifiement. D’abord réservé aux esclaves, il fut infligé aussi aux condamnés des provinces. La croix, le plus souvent en forme de T, n’était pas haute, assez seulement pour que les pieds du supplicié ne touchent pas terre, tandis que ses mains étaient fixées à la poutre transversale soit par des cordes, soit par des clous. L’intérêt des écrivains du Nouveau Testament pour la croix n’est ni archéologique, ni historique, mais exclusivement christologique. S’ils parlent de la croix, c’est toujours de la croix de Jésus, le Christ, le Fils de Dieu. » (J.J. VON ALLMEN, Vocabulaire biblique, 1969)

Abbé Marcel Villers