La chronique de notre Curé du 25 juillet 2021

De la solidarité
à la fraternité

Durant la période de la guerre froide, le romancier existentialiste Albert Camus disait : « C’est le propre de chaque nouvelle génération de vouloir refaire le monde. La mienne y a renoncé mais elle a toutefois reçu une mission sans doute unique dans l’histoire de l’humanité : celle d’éviter que le monde ne se défasse ». Pour des raisons diverses, notre génération et les suivantes ont, me semble-t-il, à assumer des responsabilités aux deux niveaux : éviter que le monde ne se défasse et construire une autre manière de faire société. Ceci, hélas, n’est pas une utopie ou un vœu pieux, c’est de plus en plus une urgence qui s’impose. Le 21 juillet 2020, nous étions dans un répit de la pandémie de la Covid19, crise sanitaire qui est loin d’être terminée. En ce 21 juillet 2021, alors que des coins de la planète souffraient de chaleurs exceptionnelles, la Belgique avec ses voisins comptaient les morts et les disparus ainsi que les dégâts d’inondations inimaginables dues à un blocage dépressionnaire durant 48 heures. Qu’attendre du 21 juillet 2022 ? L’avenir nous le dira. Espérons que ce seront d’heureuses et paisibles retrouvailles nationales qui ne seront pas perturbées par je ne sais quel événement extrême ! Lire la suite « La chronique de notre Curé du 25 juillet 2021 »

La chronique de notre Curé – 2 août 2020

En ce début août, en la Fenêtre de Theux, nous nous retrouvons sans aucun cas de covid déclaré sur la quinzaine. C’est très bien ! Nos efforts paient et il s’agit de s’en féliciter. Comme tous les Belges, nous avons été contraints de restreindre notre bulle sociale pour le mois qui s’offre à nous. Je dis bien qui « s’offre » comme un cadeau. Cadeau parce qu’il y aura, sans doute, un tas de choses belles et bonnes à accueillir. Cadeau parce que la prévention sanitaire, elle-même, nous offre l’occasion, pas seulement nous impose, de prendre soin des autres et de soi. Ainsi se laver consciencieusement les mains au départ et au retour de la messe (ou des courses) nous conduit à une action citoyenne nécessaire mais aussi à un acte d’authentique charité. Se laver les mains une minute est suffisamment long pour penser à ceux que je vais ou que j’ai rencontrés. Se laver les mains ne vaut-il pas, alors, un temps de prière et d’oraison ? Se laver les mains, en les circonstances actuelles, dans l’Esprit, nous invite au respect du premier commandement : celui de l’amour. « Celui qui dit « Je le connais » et qui ne garde pas ses commandements, n’a pas la vérité en lui » (1Jn 2,3). Venir à l’église sans y porter son masque ou se désinfecter les mains à l’entrée, par négligence ou par choix éhonté, est non seulement incivique mais un péché… Comment puis-je clamer que j’aime Dieu et mes frères, si au travers d’un simple geste, par action ou par omission, je mets en danger la santé des autres ? Lire la suite « La chronique de notre Curé – 2 août 2020 »

Donnez-leur vous-mêmes à manger !

Donnez-leurvous-memes-amanger

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour la fête du Saint-Sacrement (année C)
Desnié et Theux, 28 et 29 mai 2016

En rassasiant l’immense foule, Jésus manifeste que le Règne de Dieu est arrivé. Le pain capable de combler la faim des hommes, faim de vie, faim de paix, faim de justice : voilà le pain distribué ce soir-là par le Seigneur Jésus. 

Mais, qu’est-ce que ce pain qui rassasie, qui comble toutes les attentes des hommes ?

Ce pain, il n’est pas en vente, ce pain, on ne peut pas l’acheter, ni le fabriquer. Ce pain ne vient pas des hommes.

Nous n’avons que cinq pains et deux poissons. Et que faire avec cela pour nourrir la foule des cinq mille ? Ce pain ne vient pas de la terre, ni du travail des hommes.

Ce pain, c’est Jésus lui-même et sa Parole, don du Père au monde. Lire la suite « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! »