Allons-nous laisser la Bonne Nouvelle sans voix, la garder bien cachée parmi nous ?

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour le 33ème dimanche ordinaire (Année A)
(Mt 25, 14-30) – Theux, 19 novembre 2017

Extraordinaire le rendement obtenu par les premiers serviteurs.
Pour cinq talents déposés, cinq talents de bénéfices ! Du cent pour cent.

Voilà une rentabilité qui a de quoi faire rêver, surtout de nos jours.

Est-ce que Jésus veut nous donner une leçon de capitalisme, nous donner en modèle des gagnants, nous encourager à la réussite, et tant pis pour les perdants ? Jésus est-il un professeur de morale ?

Avec cette parabole, Jésus nous interroge plutôt sur ce que nous avons fait et faisons de l’Évangile qui nous est confié. Souvenons-nous du début de cette histoire.

Un homme, au moment de partir en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens… selon les capacités de chacun.

Un homme s’en va et laisse ses biens. Pendant son absence, il confie sa fortune à ses serviteurs. C’est quoi cette fortune, ces biens que l’homme confie au moment de partir ?

Ce ne peut être que l’Évangile, la Bonne Nouvelle.

Car quelle fortune avait Jésus, sinon ce trésor caché depuis des siècles et qu’il est venu nous révéler et nous offrir ? C’est bien à nous que le Seigneur a confié tous ses biens avant de nous quitter. L’Évangile nous a été livré afin que nous en prenions la responsabilité.

Car il nous faudra en répondre : Longtemps après, nous dit la parabole, le maître de ces serviteurs revient et il leur demande des comptes.

Qu’avons-nous fait de l’Évangile, de la Bonne Nouvelle ?

Lire la suite « Allons-nous laisser la Bonne Nouvelle sans voix, la garder bien cachée parmi nous ? »

Pourquoi une collecte lors du dimanche des missions ? Réflexion… et action

Ces samedi 21 et dimanche 22 octobre,
collecte pour la mission

Octobre est le mois de la mission universelle de l’Église. Tous les ans à cette époque, les catholiques de Belgique et d’ailleurs manifestent leur solidarité spirituelle et matérielle avec les autres communautés qui, partout dans le monde, annoncent l’Évangile en paroles et en actes. Missio braque chaque année les projecteurs sur un pays et sur sa communauté ecclésiale. En 2017, nous vous invitons à découvrir la Corée du Sud et son Église (cliquez sur le lien).

Mais pourquoi une collecte pour la mission ?
Écoutons le pape François et l’abbé Marcel Villers
qui nous aident à comprendre en quoi la mission
est le propre du disciple du Christ !

Jésus frappe à notre porte, mais c’est de l’intérieur
ou le devoir missionnaire

Message (allégé) du pape François pour la journée des missions (2013)

« Nous vivons un moment de crise qui touche différents secteurs de l’existence, non seulement celui de l’économie, de la finance, de la sécurité alimentaire, de l’environnement mais également celui du sens profond de la vie et des valeurs fondamentales qui l’animent. La coexistence humaine est marquée, elle aussi, par des tensions et des conflits qui provoquent insécurité et difficulté à trouver le chemin d’une paix stable.

Dans cette situation où l’horizon semble chargé de nuages menaçants, il est encore plus urgent de porter avec courage l’Évangile du Christ qui constitue une annonce d’espérance, de réconciliation, de communion, une annonce de la proximité de Dieu, de sa miséricorde, de son salut, une annonce que la puissance de l’amour de Dieu est capable de l’emporter sur les ténèbres du mal et de conduire sur le chemin du bien.

L’homme de notre temps a besoin d’une lumière sûre qui éclaire sa route et que seule la rencontre avec le Christ peut donner. Portons à ce monde, par notre témoignage l’espérance donnée par la foi !

Lire la suite « Pourquoi une collecte lors du dimanche des missions ? Réflexion… et action »

Prions pour nos paroisses, nous dit le Pape !

Prions pour nos paroisses,
pour qu’elles ne soient pas des bureaux administratifs,
mais, qu’animées d’un esprit missionnaire,
elles soient des lieux de transmission de la foi
et de témoignage de la charité !

Pape François – Septembre 2017

Les paroisses doivent être au contact des familles, de la vie des gens, de la vie du peuple.

Elles doivent être des maisons dont la porte est toujours ouverte pour aller à la rencontre des autres.

Et il est important que la rencontre soit suivie par une claire proposition de la foi.

Il s’agit d’ouvrir les portes et de laisser sortir Jésus avec toute la joie de son message.

Prions pour nos paroisses, pour qu’elles ne soient pas des bureaux administratifs, mais, qu’animées d’un esprit missionnaire, elles soient des lieux de transmission de la foi et de témoignage de la charité.

Et vous, qu’en pensez-vous 🙂 ?