Clés pour lire l’évangile de Marc : 30. Écoutez-le !

Clé pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Marc. Cette semaine : Mc 9,2-10 de la fête de la Transfiguration, le 6 août.

30. Écoutez-le !

Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu.
(Mc 9,9)

Le récit de Marc comporte deux parties : une vision et une audition. Nous regardons, puis nous entendons. Comme pour tout spectacle, les disciples regardent, ils sont à distance et ne savent que dire (9,6). Puis, « survint une nuée qui les couvrit de son ombre » (9,7). Plus de spectacle à contempler, mais une parole à entendre.

« Écoutez-le », dit la voix du Père. Ce qui définit le disciple, ce n’est pas une vision, mais une écoute active. En ayant à l’esprit la double signification de l’écoute : entendre et obéir. Pour la Bible, ce ne sont pas les yeux qui comptent, mais les oreilles. Non pas les images, mais la Parole. La foi ne naît pas de l’image. « Tu ne feras aucune idole, aucune image », précisent les dix commandements (Ex 34,28 ; Dt 4,13).

Le secret messianique

Au début du XXe siècle, le savant allemand Wrede relevait une caractéristique de l’évangile de Marc : les nombreuses injonctions de Jésus intimant le silence sur son identité et son désir d’incognito. Ainsi, « Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. » (6,9).

Sur cette base, Wrede a construit la théorie du secret messianique que Marc aurait utilisée pour expliquer « le fait que Jésus n’avait pas été perçu, et encore moins pensé, comme Messie de son vivant, mais seulement après sa mort, suite aux expériences pascales. C’est seulement la foi pascale qui aurait amené à la conviction que Jésus est le Messie. (Camille FOCANT, L’évangile selon Marc, 2011)

Abbé Marcel Villers

Ecoutez-le ! – Homélie pour la fête de la Transfiguration 2017

Homélie de l’abbé Marcel Villers, 6 août 2017
(Mt 17,1-9 – Année A)

Ce jour-là, sur la haute montagne, tout se passe en deux temps.

Deux temps bien marqués : l’un où tout semble merveilleux, si bien que les disciples veulent planter là leur tente ; et un deuxième temps où, soudain, ils sont pris de frayeur et ils en tombent la face contre terre, morts de peur.

Jésus apparaît d’abord dans une vision resplendissante.

Son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière.

D’ordinaire, on peut devenir lumineux si on est éclairé par une puissante lumière extérieure. Ici, la face de Jésus, ses vêtements, l’ensemble de son corps devient lui-même source de lumière.

Devant cette vision merveilleuse, le corps lumineux de Jésus fait sortir de l’ombre ces deux grandes figures de l’Ancien Testament que sont Moïse et Élie, c’est-à-dire la Loi et les Prophètes, toute la Bible finalement est ainsi éclairée, illuminée par Jésus.

Venons-en au deuxième volet du récit de la Transfiguration.

Pierre parlait encore lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre.

Lire la suite « Ecoutez-le ! – Homélie pour la fête de la Transfiguration 2017″